Te Araroa : d’ Arrowtown au Lac Tekapo

19 janvier (day off) 

Nous nous levons sous la pluie. Nous ne pouvons même plus apercevoir les montagnes qui nous entourent. Le temps nous pose donc quelques problèmes car pour cette journée nous avons normalement quelques traversés de rivières. L’idée de nous retrouver trempés de la tête aux pieds sans abri en dur pour la nuit ne nous réjouit pas non plus. On décide d’aller voir au centre d’information du village les prévisions météo pour savoir si nous partirons ou s’il est préférable de rester un jour de plus au camping. Selon les prévisions la pluie devrait s’intensifier dans la journée mais prévoit du soleil pour le lendemain. On décide donc de se poser une journée de plus au camping d’Arrowtown. On passe donc la journée tranquillement à se reposer … Car il n’y a malheureusement pas grand chose à faire. La pluie s’est pourtant arrêtée dès la fin de matinée, même si le ciel est toujours chargé.  On commence à un peu regretter d’être resté surtout que nous trouvons vite le temps un peu long.

20 janvier (jour 15)

La culpabilité de la veille est oubliée car nous nous levons sous le soleil. Nous quittons donc rapidement le camping pour prendre de la hauteur. Nous devons tout d’abord passer un col à 960 mètre d’altitude ce qui nous offre une jolie vue. Nous mangeons au sommet avant de redescendre. Le panorama est super …

 
Et paraît presque irréel. Nous comptons aller jusqu’à Macetown Campsite qui se trouve à environ 2h30. La descente se passe très bien. Nous sommes censés emprunter une route carrossable pour les 4×4 et avec des traversés de rivières. Bizarre car le chemin que nous empruntons n’est pas du tout une route et nous avons de plus en plus de mal à nous frayer un chemin. Quelques parties sont délicates … On doit regarder à deux fois avant de poser le pied pour ne pas tomber dans la rivière en contrebas. Nous marchons sans voir l’ombre d’un camping. On a quelques doutes sur le chemin qui ne comporte ni marqueurs oranges et qui ne ressemble pas à ce qui était indiqué. On décide de monter sur une colline afin de voir le camping qui est normalement derrière … Mais rien !! On décide de se poser pour regarder la carte. Le téléphone nous localise dans une vallée totalement à l’opposé d’où nous pensions être !!!! Voilà donc 2h que nous marchons dans la mauvaise direction !! On doit donc faire demi tour …

 
Saoulés par cette erreur de topo et cette perte de temps. 1h30 plus tard nous revenons au point où nous avons tourné dans la mauvaise direction et nous retrouvons effectivement une route pour 4×4. Nous terminons donc notre journée au camping de Macetown sans aller plus loin.

21 janvier (jour 16)

Le pliage de la tente se fait très rapidement car nous nous faisons attaquer par les sandflies. Nous avons une première colline à passer.

 
Le vent souffle extrêmement fort en haut. Une fois tout en haut il nous faut tout redescendre pour rejoindre Rosy’s hut où nous nous arrêtons manger. Nous repartons une heure plus tard pour une nouvelle colline à monter. Le panorama est toujours aussi beau. On longe une ligne de crête sur environ 2km avant de redescendre à nouveau dans la vallée …

 
Les montées-descentes commencent à claquer les genoux et ce n’est pas encore fini. Nous ne pouvons pas planter la tente dans la forêt. Nous devons donc rejoindre la hut (Highlander Creek Hut) qui se trouve plus haut et pour ça il y encore une bonne montée ! … Et une bonne descente longue et à pic. Nous apercevons au loin la hut … Allez une dernière petite montée et on y est !!! La journée aura été longue et épuisante mais la nuit bien méritée !

22 janvier (jour 17)

Après une bonne nuit au chaud nous repartons pour un autre sommet. C’est ça d’être dans une région montagneuse !

 
Le vent souffle fort ce matin si bien qu’on ne reste pas longtemps au sommet ! Nous redescendons rapidement de l’autre côté pour trouver la hut où nous nous arrêtons manger. On repart ensuite en direction de Glendhu Campsite où nous pensons passer la nuit. Le ciel est menaçant et le vent souffle. Le camping ne nous attire pas vraiment d’autant plus qu’il n’y a rien a faire aux alentours. On décide donc de tenter le stop pour rejoindre Wanaka à 15km de là. On fait notre panneau … Une voiture passe … Elle s’arrête !! Nous voilà à Wanaka ! Il est 16h nous avons encore toute l’après midi pour nous promener en ville et  faire les courses.

23 janvier (jour 18)

Nous prenons notre temps pour quitter le camping afin de charger les appareils et préparer nos repas du midi et du soir. Nous tenterons à nouveau le stop pour nous éviter la partie de route entre Wanaka et le lac Hawea. Nous nous mettons à la sortie de la ville avec notre panneau Albert Town ou Lake Hawea… Au choix on veut simplement avancer un peu quitte à devoir marcher si on ne nous dépose pas au lac. Moins de 2 minutes après une voiture s’arrête , une famille neo zélandaise avec 2 enfants. Ils vont à Albert Town et nous proposent donc de nous prendre. Ils sont super sympas et décident même de faire un détour pour nous emmener au lac au début du chemin. Nous longeons le lac sur 7 km avec un vent soufflant du lac insupportable. Nous commençons ensuite à grimper jusqu’à Pakituhi hut située à 1280m. La montée se fait facilement et la vue sur le lac et les montagnes est superbe.

 
3 heures plus tard nous arrivons à la hut. Elle est complète, on s’installera donc avec les 6 autres tentes dehors, en cherchant tant bien que mal un endroit plat… On dormira en pente alors il faudra bien s’accrocher pour ne pas finir au fond de la tente.

24 janvier (jour 19)

Nous nous réveillons encore une fois sous la pluie. Le soleil n’est pas loin et le temps de préparer les sacs la pluie s’est déjà arrêtée. Du haut de nos montagnes nous avons même le droit à un superbe arc en ciel que nous voyons en entier.

 
Nous longeons ensuite une crête pour arriver au sommet. Nous redescendons ensuite par les champs jusqu’à une hut. Nous pensions éventuellement y dormir si nous ne voulions pas continuer. Mais à voir la hut, on décide juste d’y manger pour être à l’abri et repartir. Nous irons chercher la hut plus loin. Le chemin pour la hut est fait de radada… C’est bien ce qu’on nous avait dit ce matin en rencontrant deux marcheurs. Le tracé nous fait également traverser plusieurs fois des rivières : soit on passe en bloquant des branches d’arbres pour faire un pont soit on perd un quart d’heure à enlever puis remettre les chaussures. La journée commence à paraître interminable lorsqu’on arrive à 21h à Top Timaru Hut.

25 janvier (jour 20)

Aujourd’hui nous avons un col à passer. La marche d’approche est relativement simple. Encore une fois la pluie se met à tomber … On a peut être dû changer de saison sans s’en rendre compte !

 
Le col s’atteint par des serpentins … Rien de bien méchant sauf le vent peut être qui souffle si fort. On descend ensuite pour se mettre un peu plus à l’abri du vent pour manger. A peine après avoir commencé à faire cuire la pluie est de nouveau de la partie. On ne tarde pas trop à manger. On continue notre descente jusqu’à la vallée. Sur le chemin on rencontre 2 marcheurs avec qui nous discutons, notamment de la traversée de rivière qui nous attends. Les deux l’ont traversée à deux endroits différents mais ils nous disent que le courant est extrêmement fort et l’eau leur arrivait tantôt à la taille tantôt à la poitrine. On verra bien quand on y sera… On perd une petite demie heure un peu plus loin car on a arrêté de suivre les marqueurs oranges. On s’en rend compte avant que le détour soit trop long. Arrivés au croisement avec la route on croise une fille qui elle nous déconseille de traverser la rivière et d’aller plutôt chercher le pont 6km plus loin. Elle a traversé et s’est fait emporter par l’eau une centaine de mètres plus bas. On décide d’aller voir cette rivière. Elle se trouve dans un canyon et effectivement elle semble assez agitée. Elle est bien plus haute que son niveau normale.

 
On cherche le meilleur endroit avec le moins de courant.Lary tente une première traversée tout seul sans sac et avec les bâtons. On ne traversera pas à cet endroit car trop risqué.

 
On essaye d’aller voir en remontant la rivière car sur la carte elle est censée être plus étroite la haut. On trouve un endroit avec un peu moins de rapides. On met tous les appareils électroniques dans les poches étanches, on change de chaussures et on Se met en position : côte à côte les bras derrière le dos de l’autre et un bâton chacun. On avance doucement en faisant en sorte que l’un de nous soit toujours sur ses appuis. Le courant est extrêmement fort et nous ne sommes pas encore dans les rapides. On a avancé d’a peine 3 mètres et nous avons de l’eau jusqu’à la taille. Chaque pas est difficile car le courant nous pousse de côté. Nous ne sentons pas du tout le moment des rapides. On décide donc de ne pas continuer. La force que la traversée demande est trop importante. Le demi tour est un peu difficile. Charlotte se retrouve face au courant les pieds touchant à peine les pierres. Petit moment de peur mais c’est pas le moment il faut sortir les jambes qui sont face au courant. Heureusement Lary bloque avec ses jambes sinon le courant aurait gagné le duel. Lary tente de trouver un autre passage mais l’envie n’y est plus trop. Voilà deux heures qu’on est dans le lit de la rivière. Il est 20h30 on décide de planter la tente. on verra demain pour aller chercher le pont.

26 janvier (jour 21)

Nous nous levons une fois de plus sous la pluie. Nous faisons donc les 6 km qui nous séparent du pont totalement trempés. Apres les 6 km dans un sens il faut les refaire dans l’autre. Nous arrivons à 13h30 de l’autre côté  de la riviére. On peut enfin avancer. On continue jusqu’à 17h juste avant d’entamer la montée qui nous attends pour demain. On plante la tente à côté de la rivière.

27 janvier (jour 22)

Nous nous levons avec pluie et brouillard. On se dépêche de marcher car il fait froid.

 
La pluie nous trempe des le début alors quand vient la traversé dans les hautes herbes nous sommes complètement trempés. La montée se fait sur 7 km.

 
Le brouillard rend le repérage des prochains marqueurs oranges difficiles. On continue d’avancer sans pouvoir faire de pause car on ne se réchaufferait jamais. C’est donc soulagés qu’on amorce la descente dans la forêt. On veut juste sécher un peu car les chaussures font flop flop et les pantalons sont plus mouillés qu’une serpillère mal essorée. Dans la descente nous croisons deux français et un kiwi. Nous discutons des étapes d’après que chacun de nous aura. Pour notre suite nous devons compter encore un jour pour rejoindre le premier village puis 2 ou 3 jours de route pour rejoindre le lac Tekapo. Le kiwi nous propose de récupérer son van qu’il a laissé au parking un peu plus bas et de lui déposer au lac Tekapo à 80km d’où on se trouve. On a du mal à comprendre pourquoi quelqu’un proposerait sa voiture a des inconnus. Non si ça l’arrange et que ça nous évite les 70 km de route … Pourquoi pas ! Et l’idée de pouvoir être au chaud ce soir plutôt que dans 4 jours est plutôt sympa ! Il nous dit ou il a caché les clés et on échange les numéros pour le tenir au courant de l’endroit où on garera la voiture. Sur le chemin jusqu’au parking on a du mal à réaliser la situation qui nous parrait tellement dingue ! Arrives au parking on vérifie quand même qu’il n’y ait pas de cadavre dans le coffre … RAS … On s’installe dans « notre » voiture et on profite de faire la route à l’abri de la pluie. Le soleil n’est pas au rendez vous mais nous longeons des lacs d’un bleu éclatant  ! On y mettrait pas les pieds sachant que les glaciers se trouvent juste au dessus. Après une heure de voiture nous arrivons au lac. Toujours pas de place à l’auberge de jeunesse en chambre mais nous plantons la tente ! On sera quand même à l’abri  ! La matinée difficile est définitivement oubliée … Comme quoi la vie est faite de rencontres !

 

Publicités

9 réflexions sur “Te Araroa : d’ Arrowtown au Lac Tekapo

  1. Wow, la pluie semble étre une constante dans cette partie, et la sérénité avec laquelle vous nous contez voitre périple inspire un profond respect les deux ! En fait, Charlotte a fait chasseur alpin dans une autre vie et Lary ne s’y est pas trompé 😉 Peut-être faudra-t-il ajouter au stats le nombre de voitures Toyota prétées par des trampers ? Bises en vrac.

    Aimé par 2 people

    • Non je ne m’y suis pas trompé 🙂 si cela parait serein c’est que nous n’avons pas mis en place de statistique sur les jurons et autres « râleries » prononcés durant ces journées ! Pour la voiture, on n’en ai pas revenu tout de suite, et on continu de se dire que c’est quand même fou, il ne nous a pas demandé si on avait le permis, ou si on saurait conduire à gauche, pour lui c’était déjà acquis, il allait nous la prêter. En France, parfois même les gens qu’on connaît ne prête pas leur voiture alors… Comme quoi les choses sont bien différentes ici. Merci pour le compliment, à bientôt, bis !

      Aimé par 2 people

  2. Holala…lala…lala, chantons sous la pluie de Nouvelle-Zélande!
    Contents d’avoir de vos nouvelles!
    Quelle belle aventure et admirablement contée! Le passage sur la traversée de la rivière, depuis l’expérience d’autres randonneurs puis l’essai et le renoncement, est pittoresque, à la limite angoissant,…un moment fascinant pour l’avenlecturier.
    Trop de pluie doit parfois éroder le moral du randonneur aux chaussures qui font flipflop…but without the rain, the rainbow doesn’t exist…(mon petit passage en anglais, c’est correct? Charlotte?)…et le vôtre est trés beau! Il paraît, paraît il qu’à un des bouts de l’arc en ciel, il y a un chaudron rempli de piéces d’or… je l’ai lu dans Astérix, c’est que ça doit être SEsteRcIEUX!
    J’ai vraiment crû que vous aviez rencontré un kiwi, l’oiseau…je me disais c’est chouette car ça doit être rare..pour saisir quelques mots plus tard qu’il s’agissait d’un autochtone…quel godiche que de croire qu’un kiwi puisse conduire un van toyota!
    Les enfants, nous vous embrassons trés fort. Je me suis encore bien régalé à vous lire. Bon, il pleut…je vais faire un tour dans les vignes, j’espére qu’il n’y aura pas de gros ruisseau à traverser…bisous!

    Aimé par 1 personne

  3. Ah, j’oubliais…les stats sont pas à jour… le p’tit prince et moi sommes toujours intéressés par cette histoire de moutons,….au fait, pour parler stat et prince, la famille va s’agrandir avec la venue d’une Princesse…merci Sarah et Thierry!

    Aimé par 1 personne

    • Gaza c’est génial !! Bien heureux de l’apprendre ! C’est prévu pour quand normalement ? Nos félicitations !!!!
      Pour les Stats c’est mis à jour mais bon l’exactitude n’est pas toujours là, on s’y perd un peu dans les jours et pourtant à pied on a le temps ! On a modifié les moutons, ça devenait gênant de leur demander mâle ou femelle de temps en temps, on est rentré dans la catégorie plus rare du mouton, le mérinos ! L’apparition des loose topo aussi, même si ça vient plutôt du fait de discuter et d’oublier de suivre les marques. A part une fois où on a perdu 5h 🙂 enfin voila quoi, on essaiera de rajouter d’autre catégorie.

      Aimé par 1 personne

  4. Salut les jeunes, pas mal vos aventures au pays des Merveilles… C’est carrément une autre planète…
    un mec qui prête sa voiture à des inconnus… chez nous on ne prêterait même pas son peigne…
    Les photos sont superbes…Vous avez l’air un peu fatigué??On avait cru comprendre que vous partiez en
    vacances…
    Apparemment la solidarité a l’air d’être une valeur qui existe encore aux antipodes…
    Faites attention aux traversées des rivières, ne traversez pas les fleuves il n’y a que Jésus
    qui marchait sur l’eau …le VEINARD!!!
    On a vu que les vacances scolaires des néo-zélandais (c’est vrai que Kiwi c’est plus simple à écrire…)
    se terminaient début février… Ce sera sans doute moins bondé DANS LES HUTS…
    Au niveau de la météo on a l’impression que l’été est pourri… un peu comme chez nous…
    Bonne marche et pas plus de 50 Kms par jour… Économisez les semelles des chaussures
    On vous embrasse… au prochain épisode….

    Aimé par 1 personne

    • Vendredi 29 janvier 10h10 nous voyons ENFIN le soleil !!!! On a repris un peu de forces pendant notre jour de repos (grâce au tas de crêpes qu’on s’est fait !!!) … De quoi faire 49 kms par jour !!! Les chaussures et les semelles s’abîment déjà … On va pas tarder a faire des pas plus grand pour les économiser !!!
      Bisous a tous !!

      Aimé par 1 personne

  5. Coucou les loulous, ce que vous faites est vraiment génial !! Quel courage et petit grain de folie quand même ! On a l’impression de suivre de façon privilégiée des aventuriers mais que l’on connaît c’est trop cool! Et oui nous allons être parents, la livraison du petit colis est prévu pour début juillet . On vous embrasse très fort, allez à la prochaine News .

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s