Abel Tasman : Où nos vacances ont commencé !

( NB : Attention, cette page comportera Beaucoup de Photos !!! )

Jeudi 25 février : 

Après avoir booker nos nuits et le transport pour la « great walk » du parc, c’est donc de bonne heure que nous nous levons, afin de quitter le backpacker de Motueka et d’attraper notre bus a 8h30. Nous arrivons vers 9h30 à Marahau, point de départ de la randonnée de 52 kilomètres qui traverse le parc d’Abel Tasman, auquel nous pensons depuis un bon bout de temps ! 

On se rend vite compte que l’ambiance ne sera pas comme sur TA ! Nous sommes nombreux à être sorti du bus pour prendre le départ de la randonnée, et oui, après les sentiers perdus et les champs déserts, cela aura pour nous l’air d’une autoroute !! En plus de ça, les sentiers sont larges, entretenus, bref, ambiance familiale ! Le temps de mettre un peu de crème solaire et de laisser la « foule » partir et c’est enfin à nous d’arpenter la « great walk ».

  
 Cette première n’est pas difficile, nous n’avons que 14km à parcourir, et tant mieux, car ce que nous sommes venu chercher ici ce sont des plages et du soleil ! Et là on ne va pas être déçu …

Notre première halte se fera au détour d’un petit pont où l’on découvrira une mer turquoise et des plages que nous avons hâte de fouler.

  
 Vers 11h30, décidés à se baigner avant de manger, on s’arrête sur une plage où il y a déjà du monde mais tant pis, la tendance ne peut plus être à la solitude du TA, alors c’est parti !

  
 Il ne nous faudra pas plus de 2 min pour se retrouver dans l’eau, après une première fraicheur, on y reste bien volontiers … Jusqu’à l’appel du ventre ! La suite de la journée se ressemble, marche, plage, baignade, point de vue, marche, plage, baignade… 

   
   
Avant d’arriver à notre camping de ce soir, nous devons traverser un bras de mer â marée basse. Nous arrivons juste à temps pour le traverser tranquillement bien que nous devons quand même enlever les chaussures juste avant d’arriver. Et nous voilà au camping de Torrent Bay. Rien de bien particulier dans ce camping aménagé par le DOC où il y a juste des toilettes sèches et une arrivée d’eau. Après avoir planté la tente, direction la plage pour faire un jeu et attendre l’heure de manger en contemplant la mer.

Vendredi 26 février : 

Ce matin, on ne sortira pas de la tente avant 9h … Et ça fait du bien ! Après un petit déjeuner, on prendra le temps pour une « petite » séance de gainage et de pompe avant de plier la tente et repartir sur le sentier. Il est 11h ! Pas de pression, aujourd’hui encore seulement 14,5km ! On est loin de nos journées sur le TA. Comme la veille, l’objectif de la journée est de trouver une plage, se baigner, manger et après on verra. 

   
  Notre dévolu pour se midi se fera sur « Sandfly Bay », le nom ne nous inspire que très peu, mais de haut la plage a l’air magnifique ! Depuis le début les sandflies ne se sont que très peu manifester pour notre grand bonheur, alors tant pis, on descend et on verra bien !! Et là encore, la surprise est bonne, quelques uns mais pas de quoi s’en embêter ! Baignade, repas, soleil et jeu et voilà la journée bien entamée. 

  
Nous remontons de la plage vers 15h pour avancer un peu sur le sentier avant de retomber par hasard sur une baie qui appelle à la baignade ! Ni une, ni deux, nous revoilà dans l’eau ! 

  
La nouvelle pause fait avancer la journée et il nous faut encore rejoindre notre camping, donc cette fois c’est décidé, la prochaine pause sera avec la tente de monter ! On arrive sur notre aire de camping, et là, surprise ! La plupart des emplacement se situent directement sur la plage ! Emballé par la situation, on prend place à coté d’une table de camping, et décidons que ce soir on ne dormira qu’avec la moustiquaire afin de profiter du paysage et des étoiles qui devraient sortir vu le ciel dégagé. 

   
   
Pendant que le repas cuit, nous pensons à la journée du lendemain. Nous savons qu’il y a un passage qui ne se passe qu’à marée basse, et qui se trouve à 9km ! Évidemment, les marées basses sont à 6h45 ou 19h10… Donc pour nous, pas d’autre choix que d’être présents à celle du matin. C’est donc tôt que nous dormirons ce soir ! Le temps de manger et d’aller sur les rochers regarder le jour tomber sur l’île en face et nous sommes au lit, la tête dans les étoiles naissantes…

Samedi 27 février :

La nuit n’a pas été des plus reposantes et nous sommes réveillés avant le réveil de 5h00 ! Oui oui oui, nous aussi on a trouvé que c’était tôt pour des vacances… Le temps d’avaler nos tartines de beurre de cacahuète, boire notre « jus de fruit » en poudre et hop, la tente est pliée et à 5h35 on est déjà en route. On commence avec une partie sous les arbres et les fougères, nous obligeant à utiliser les frontales.

   
  Puis une plage, nous pouvons enfin profiter de la nature endormie sous la clarté de la lune et assister doucement au lever du jour. Un nouveau passage en forêt nous permet brièvement de contempler des dizaines de verts luisant cachés sous les fougères. Comme des étoiles accrochées au sol, apparaissant à chaque pas et disparaissant au suivant… Puis vient le moment où le soleil enflamme le ciel, nous n’aurons pas la chance de voir le soleil arriver sur la mer mais les couleurs qui sortent à travers les fougères nous donnent un aperçu du spectacle ! 

  
Les photos ne rendant pas justice à la réalité. De nuit on a avalé les kilomètres et nous voilà déjà devant l’estuaire que nous devons traverser ! 

  
Il est 7h45 et la mer n’est pas encore remontée, un bras de rivière coule quand même au milieu nous obligeant à retirer nos chaussures. Charlotte met ses chaussures d’eau et elle a bien raison, car le sol est jonché de coquillages, et Lary, pieds nus, galère à chaque pas pour avancer. 

  
Finalement nous aurons traversé à 8h et nous nous rendons compte que l’on aurait pu rester un plus dans le duvet tant la mer prend son temps pour remonter. Et le soleil lui aussi prend sont temps pour apparaitre, jouant à cache cache derrière les nuages. Nous nous arrêtons 30 min plus tard sur une plage pour se faire un thé et finir de déjeuner, mais c’est aujourd’hui que les sandflies ont décidé de se montrer et ne nous laissent pas tranquilles, nous forçant à boire rapidement le thé et reprendre la route pour leur échapper. La prochaine pause sera au grand camping du parc à Totaranui. On découvre un grand camping accessible par la route où les touristes viennent en camping car, avec des infrastructures changeant grandement des campings que l’on a booké. Il est 9h30 et on en profite pour faire un peu de sport, ce sera de la nage pour Charlotte et Lary profite de la grande plage pour courir un peu et finir à l’eau. 

  
Après la baignade, le soleil ne voulant toujours pas sortir, on va se mettre aux abords d’une cuisine à disposition des campeurs pour attendre l’heure de manger. Deux parties de Yatzee plus tard et nous préparons à manger (Si préparation il y a pour des pâtes chinoises et une purée). Pendant tout le repas nous avons le droit à la visite de Weka, ces oiseaux qui rodent autour des affaires à la recherche de quelque chose à manger. 

  
Le soleil qui se faisait attendre nous rejoint pour le dessert. Nous repartons donc tranquillement vers 14h30 en direction de notre camping.

  
Nous avons environ 1h30 de marche pour le rejoindre et nous espérons bien pouvoir nous reposer un peu en arrivant. Nous y arrivons très vite, profitant qu’il ne soit pas trop tard pour monter la moustiquaire et se mettre à l’abri des bêtes pour faire une sieste. Le temps ne se prête plus à la baignade, nous allons donc sur la plage pour faire un jeu en attendant l’heure de préparer à manger. La soirée passe vite et nous ne trainons pas pour aller dormir.

Dimanche 28 février : 

Le réveil de la veille est bien loin, et ce matin nous ne sortirons pas des duvets avant 8h. Petit déjeuner sur la plage avec croissant, tartines, chocolats chauds et jus de fruits pressés… Enfin c’est ce qu’on aurait aimé … Ce sera donc café et semoule sucrée à défaut ! N’étant qu’à 8km de notre prochain point de chute c’est donc tranquillement que nous passons la première moitié de journée entre jeu sur la plage et baignade ! Puis à l’heure de manger nous serons rejoint à notre table par un couple de français et une chinoise avec qui nous discuterons jusqu’au moment de partir vers 13h30. 

   
 Direction Whariwharangi en passant par Separation Point, endroit de baignade privilégié pour les phoques. Après 30 min à les regarder s’amuser ou bronzer, nous prenons le chemin de notre camping. Nous arrivons vers 16h30, le temps de monter la tente et la journée se termine sous les derniers rayons du soleil avant qu’il ne se cache derrière les montagnes. Le temps du repas puis nous filons au dodo. Demain finie la « Great Walk », nous rentrons à Marahau par « Inland Track », et la première journée devrait se rapprocher davantage du TA que de nos vacances sur la « Coast trek ».
Notre retour par l’Inland Track !!

   

 Lundi 29 février :

Ce matin on le sait, ce ne sera pas la même ! Petit déjeuner sous la tente puis hop debout, nous sommes prêt à partir à 8h20. Le départ se fait vite car après étude de la carte, Lary a proposé une grosse journée de marche, et comme toujours Charlotte est plus que motivée par de grosses journées de marche (joke) donc se sera une bonne journée. La première étape se trouve à 8,6km de Whariwharangi pour rejoindre « pigeon saddle » en passant par « Gibbs hill », et de bon matin nous sommes motivés car nous arrivons à 10h30 et la première pause arrive à point nommé !

  
 Le temps d’une barre et 15min plus tard nous repartons, autant dire qu’à partir de là le chemin parait moins touristique car il n’est plus aussi entretenu et agréable à parcourir. Un air de TA nous rattrape… 

  
Nous ne sommes qu’à 5km de la première hut où nous avons prévue de manger, et le panneau indique 3h ! Mais nous avons faim et pensons bien arriver avant 14h !! C’est donc à 13h que nous y arrivons avec l’envie de dévorer nos réserves, la vue sur la bay Awaroa est magnifique. 

  

La carte dans la hut nous indique nos différentes options, et nous choisirons comme prévue la hut qui se trouve juste avant la great walk du parc à 13km et 6h de marche. Départ à 14h après avoir bien mangé, le départ n’est pas facile et le soleil écrasant ne nous aide pas. 3h plus tard nous arrivons au sommet de la randonnée et la météo a totalement tournée, nous voilà à présent dans le brouillard et recevant ça et là des gouttes. 

  
D’après les infos vues dans la hut il nous reste 3h de marche, mais nous avons envie d’arriver, alors il ne faut pas trainer. Un panneau nous indique un abris sur notre chemin à 1h45, nous y arriverons en 1h15 (appelez nous les speedy frogs si vous voulez…) pour y faire une pause, puis nous voyons enfin le panneau de la hut que nous voulons atteindre, et celui ci indique 2h !! Ils indiquent 2h aussi bien pour les gens qui montent que ceux qui comme nous descendent… Nous pensons et espérons mettre moins de temps que ça. L’estimation est juste, puisque nous arrivons en 1h à la hut, et déjà 3 personnes sont présentes. Nous arrivons avec l’appel du ventre, alors nous lançons la cuisson du repas en arrivant, il est 19h20 ! Ce soir, les rêves ne se feront pas attendre ! 

Mardi 1 mars : 

Nous ne sommes pas les premiers levés, à en juger par un colocataire de hut en position du poirier dans l’entrée. Il n’est même pas 7h…Mais cela amuse notre réveil et nous met de bonne humeur. Le petit déjeuner dans le ventre nous partons malgré la grisaille matinale, sachant que ce soir nous serons au chaud en ville avec un bon petit plat. Le panneau annonce 5h30, et nous avons entendu dire qu’il y aurait un bus pour Motueka vers 16h et nous sommes bien décidés à l’attraper. Nous avançons à bon rythme, pendant que le soleil lui aussi fait son chemin. 

  
Le chemin de l’Inland track continue à travers la forêt avant de devenir plus agréable au fur et à mesure que l’on s’approche du sentier de la great walk. Nous rejoignons un sentier baigné de soleil et des plages agrandies par la marée basse d’une mer turquoise. Comme depuis une semaine le spectacle est magnifique et nous en profitons avant de quitter le parc. 

  
Nous finissons la marche bien avant les 5h30 préconisées nous permettant de profiter d’un coin d’herbe pour le pique-nique de midi avant d’aller à l’arrêt de bus. En chemin nous échangeons deux mots avec un couple venu se promener qui finiront par nous prendre en stop 20min plus tard. Nous arrivons finalement 2h plus tôt qu’avec le bus et décidons de voir pour poursuivre jusqu’à Nelson. Un rapide check des hébergements au Centre d’information nous fait comprendre que l’on restera sur Motueka ce soir car la région est toujours pleine de touristes (comme nous). La personne du I-site nous réserve le bus pour le lendemain jusqu’ à Nelson, une auberge là bas et nous trouve même une auberge pour ce soir à Motueka où nous pouvons planter la tente. Cela nous laisse le temps d’organiser la suite du trajet jusqu’à Havelock où nous pourrons nous lancer à l’assaut du Queen Charlotte Track, dernier tronçon du TA sur l’île du sud, avant de partir pour l’île du nord et sa capitale : Wellington !

Publicités

5 réflexions sur “Abel Tasman : Où nos vacances ont commencé !

  1. coucou les touristes…

    Merci pour les magnifiques photos aux couleurs turquoises, on vous croirait en vacances aux Caraïbes.
    L’eau de la mer est-elle froide , tiède ou brûlante…Vous parlez de marées hautes et basses…
    est-ce comme chez nous deux marées hautes deux marée basses par jour?
    Vous avez l’air bien bronzé…un peu comme les agriculteurs… mais bon cela se voit à peine!
    Bonne route et bon vent pour la suite de l’aventure…
    Pas de regrets à avoir… l’hiver semble être arrivé… froid et neige (3 cm) ce matin!

    Gros bisous à vous deux…

    Aimé par 1 personne

    • Coucou les Brignairots !!!! On commence à avoir pris quelques couleurs mais on fait attention au soleil !! L’eau est un peu saisissante au début mais après ça va … Alors ça doit être du à la différence de température ! Mais on y rentre pas aussi facilement que la Croatie par exemple !!! Pour les marées c’est comme chez nous 2 hautes et 2 basses par jour !
      Nous repartons aujourd’hui pour la Queen Charlotte Track qui devrait être tout aussi sympa !!!!
      On vous envoie du soleil (temps qu’on en a encore …) et des bisous !!!
      A bientôt

      Aimé par 1 personne

  2. Coucou les speedyfrogs. Vous avalez les kilomètres comme les crêpes, vous avez une pêche de folie !!! En tout cas je vois que vous n’avez pas un appétit de frogs, toujours autant de bonheur à vous lire et les paysages de vrais cartes postales. Au fait, une carte postale de Nz serait sympa aussi, un peu de soleil dans nos boîtes aux lettres. Pleins pleins de bisous maman 💋💋💋💋💋

    Aimé par 1 personne

  3. Hey les Frogtrottertouristrankils, j’viens enfin de trouver sur la carte de quel côté vous êtes, de quelle côte s’agitait il? …extrème nord de l’île du sud mais côté ouest…pas facile de vous suivre!
    De l’autre côté de Tasman Bay, je vois des côtes déchirées comme les Highlands…vous n’allez pas là-bas avant de joindre Wellington?
    Vous êtes sûr que le gars, qui faisait le poirier au petit matin, n’était pas tombé sur la tête,…ou peut-être alors il faisait le kiwier!
    Hééé, oui! pendant que toute la planéte s’active…Charlotte flotte et Larygolade!
    Big bisous les têtards!
    Grandad Toad!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s