Mont Fuji : sur le toit du Japon !

S’il y avait un seul emblème du Japon, ce serait certainement le Mont Fuji.

Inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2013, ce volcan à la forme conique parfaite dont le sommet culmine à 3776 mètres est un haut lieu de la religion bouddhiste et shintoïste, gravi pour la première fois en 806. La dernière éruption datant de 1706, le risque d’éruption est jugé très faible. Ajouté au fait que l’ascension puisse débuter à 2300 mètres, le mont Fuji est gravit par plus de 200 000 personnes par an. Il est divisé en 10 stations : la première en bas et la dixième au sommet et accessible par 4 sentiers différents.


Le Mont Fuji se trouve à 100 kilomètres au sud de Tokyo. Nous avons donc pris le bus à destination de Kawaguchico, à normalement 2h de la capitale mais étant donné le trafic, nous avons plutôt mis 3h. La météo au pied du Mont Fuji n’est pas du tout encourageante. On ne voit même pas le mont, bien caché derrière sa couche de nuages.

Nous prenons le bus pour rejoindre la 5ème station et ainsi emprunter le tracé Yoshida (tracé jaune). Une fois sortis du bus nous perdons déjà une bonne dizaine de degrés. Nous mangeons rapidement puis nous partons vers 20h car d’après ce que nous avons entendu dire il faudrait 7h pour monter …


On passe le stand d’accès où nous nous acquittons des 1000yens par personne en échange de quoi nous avons le droit à un petit carnet de préventions et une plaquette en bois. On fourre ça dans le sac et on y va. CLAC … On allume les petzl et surprise celle de Charlotte ne fonctionne pas ! Du coup c’est retour à la case départ pour acheter de nouvelles pilles ! Ahh l’erreur de débutants, on aurait dû vérifier ça avant de monter si haut et payer deux fois plus cher. Bref, c’était simplement une des pilles qui avait coulée. On remplace les piles et cette fois on part pour de bon !

Il annonce 385 min !!! Peut être en moonwalk …

Le chemin grimpe à peine  jusqu’à la 6ème station qui se trouve à 2390m. On nous annonce 6h30 pour arriver au sommet … La nuit va être longue ! On commence à voir des farandoles de lampes de poche et en levant la tête on voit des lumières montées en haut du volcan. C’est super !

Nous commençons à prendre un peu plus de dénivelé mais rien de bien difficile. On double, on double, on double jusqu’à la station numéro 7. Nous sommes à 2700 mètres… Mais STOP on se retrouve à faire la queue !!


Quoi ?? Mais c’est la folie ! On comprends mieux pourquoi on nous dit 7h de montée car nous avançons très lentement. Il s’agit de passages étroits où il faut grimper sur de gros blocs de lave sèche. Après une bonne demie heure à avancer au ralenti on se décide à doubler un peu. En fait, c’était simplement des groupes organisés qui n’avançaient pas. On se retrouve donc en tête de peloton avec nettement moins de monde devant nous. A l’allure où nous marchons nous arriverons à 00h au sommet ! Il fait tellement froid que nous ne faisons pas de pauses. 2 minutes seulement pour une pause banane et c’est déjà trop car on se refroidit d’un coup et c’est toute la machine qu’il faut relancer. Le chemin est parsemé de petits  refuges pour les gens qui souhaitent dormir ou manger un peu . Nous ne le voyons pas encore de nuit mais le volcan est beaucoup plus bétonné que ce que l’on croit.

Vue après la redescente au matin.

Nous passons la 8ème station à 3100m … Il n’est même pas 23h et nous sommes déjà si prêt du sommet ! Nous ne sommes pas du tout dans les temps indiqués. Il fait de plus en plus froid, le vent souffle fort et nous refroidi un peu plus. Nous décidons d’aller jusqu’au sommet et de nous abriter là haut. Il est à peine 00h quand nous installons notre tapis de sol et nos duvets. Il n’y a que 2 ou 3 personnes pour le moment. Nous nous allongeons à l’abri du vent et nous regardons la pluie d’étoiles filantes au dessus de nos têtes. Le spectacle est tout simplement super. Nous fermons un peu les yeux.

Aux alentours de 4h la majeure partie des gens commencent à arriver. Le jour est sur le point de se lever. Nous plions notre camp et allons nous placer avec la centaine d’autres touristes pour admirer le lever du soleil.

Il est annoncé pour 4h56 ! Nous sommes au dessus d’une mer de nuage. Nous attendons dans le froid en voyant le ciel se colorer petit à petit !

Puis les nuages commencent à se colorer à leur tour et tout d’un coup un point vert apparaît à l’horizon pendant une fraction de seconde … Ca y est le soleil sort !!

Et non, nous n’étions pas seuls pour le spectacle !

Il monte ensuite tellement vite dans le ciel ! Nous sentons que l’air se réchauffe un peu. Nous faisons ensuite le tour du cratère.

La sation météo du mont Fiji !

La vue est toujours superbe !! Quelques montagnes au loin percent à travers les nuages.


Une petite pause café au sommet et un appel via le wifi de la station avant d’amorcer la descente.

Nous croisons encore énormément de monde qui monte. Ça bouchonne un peu dans les passages étroits d’ailleurs.


Parmi les personnes qui montent nous croisons beaucoup d’enfants. Puis, le chemin se sépare et n’est pas le même que pour la montée. En plus, c’est de la roche volcanique sableuse ce qui nous permet d’aller super vite. Par contre les chevilles en prennent un sacré coup. À chaque virage nous voyons des gens allongés, épuisés par la montée de nuit ! Il nous faut à peine 2h pour redescendre à la 5ème station.

En conclusion, l’ascension du Mont Fuji de nuit est une superbe expérience. C’est beaucoup plus agréable que de monter de jour… Peut être parce qu’au moins on ne voit pas tout ce qu’il nous reste à faire ! Passer une nuit à la belle étoile au sommet est un moment incroyable encore plus quand il s’agit d’une pluie d’étoiles filantes. Le lever du soleil est tout aussi grandiose… Cette fameuse lumière verte dont on entend parler et que nous avons pu voir … C’est tout simplement génial.

Nous terminerons cette expérience par un proverbe japonais : « celui qui monte le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le monte deux fois est un fou ». Sage peut être car l’ascension met la patience de chacun à rude épreuve de par le monde qui oblige à ralentir et ne pas avancer, en pleine montagne !!! Et fou d’y retourner quand on sait le monde qu’il y aura et de se recoltiner tout ça !! Mais après tout ce n’est qu’un proverbe et nous avons rencontré un jeune japonais au sommet qui le faisait pour la sixième fois, et après réflexion il avait presque l’air normal !! On s’est également bien rendu compte qu’il suffisait simplement d’avancer un peu plus vite pour avoir le chemin pour nous.

Nos conseils :

  • Ne pas partir trop tard de Tokyo car il peut y avoir des embouteillages sur la route et le temps entre Tokyo et Kawaguchico peut doubler.
  • Idem, lorsque vous arrivez à Kawaguchico ne pas prendre le dernier bus car il y a énormément de monde qui monte à la 5ème station. Ce serait donc dommage de se faire recaler à l’entrée du bus à cause d’un bus plein à craquer.
  • L’eau des toilettes à la 5ème station n’est pas potable. Mieux vaut donc remplir vos bouteilles à Kawaguchico. De plus, les toilettes sur le tracé sont payantes (200 yens) et les bouteilles d’eau 4 ou 5 fois plus chère qu’en ville (500yens). Organisez- vous en conséquence si vous voulez éviter quelques sorties d’argent inutiles.
  • L’ascension n’est pas difficile et est accessible à tout le monde dans la mesure où vous êtes équipés. Nous conseillons d’avoir de bonnes chaussures de marche. Ce sera beaucoup plus confortable lors des montées et les descentes qui forcent énormément sur les chevilles. Des bâtons peuvent s’avérer utiles pour les personnes un peu sensible des genoux.
  •  N’oubliez pas qu’il s’agit d’une randonnée à plus de 3000 mètres. Chaque personne gère différemment l’altitude. Pour que l’ascension reste un plaisir, écoutez votre corps. La respiration peut être difficile et des douleurs peuvent survenir. Faites des pauses, surtout si un mal de tête se fait sentir et buvez. Et si cela ne passe pas n’hésitez pas à redescendre un peu.
  • Encore une fois dû à l’altitude, ne pas oublier de prévoir lunettes, casquette et des vêtements longs pour couvrir le corps ou de la crème solaire. Car des gens brûlés par le soleil en short – tee shirt nous en avons vu.
  • Bien que l’ascension se fasse en été , les températures sont basses et le vent très froid. En revanche, rien ne sert de partir trop couvert et ne rien avoir une fois là haut. L’attente au sommet pourra être très longue sans affaires chaudes. Nous avons vu des personnes redescendre une fois au sommet car il faisait trop froid et n’étaient pas du tout équipées.
  • Comme nous vous l’avons dit il y a énormément de monde sur le tracé, notamment à partir de la 7ème station. Lorsque c’est possible et sans mettre quiconque en danger n’hésitez pas à doubler car vous verrez qu’il s’agit souvent de groupes organisés très peu sportifs qui peinent dans les montées. Devant, il n’y aura presque personne.
  • Enfin, nous finirons par une seule recommandation : ne jetez rien lors de votre ascension et descendez vos poubelles. La nature n’est pas une poubelle, le Mont Fuji encore moins … Et pourtant des détritus nous en avons vus.
Publicités

Une réflexion sur “Mont Fuji : sur le toit du Japon !

  1. Fabuleux périple mais je n’en reviens pas de voir autant de monde !!!! Se lever et avoir la tête dans les nuages à l’ infini doit te donner le vertige c’est magique ✨🗻 Super ce que vous faites !!!! Quel voyage mes enfants, pleins de câlins à vous deux mam

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s